le groupe

Les Cordes


Les cordes constituent sans nul doute le sous ensemble le plus sympathique et attachant du groupe. Avantagés par un déodorant certes bon marché, mais aux senteurs agréables, ces musiciens-là sourient fréquemment et sont parfaitement capables d'entretenir une conversation, notamment avec la gente féminine, sans se gratter perpétuellement l'un ou l'autre testicule. On ne peut pas en dire autant de tout le groupe.


D'une sensibilité évidente et d'une technicité sans faille, le jeux des cordes fait cependant parfois l'objet de critiques cinglantes. Des martyrs, en quelques sorte. Pourtant, les rarissimes écarts rythmiques, ou les subtiles imprécisions mélodiques qu'ils pourraient exceptionnellement laisser échapper sous le coup d'une situation particulièrement stressante, ne justifie au grand jamais les accusations déplacées dont ils font l'objet! Dans certains cas d'énervement extrême, il se peut qu'ils déchaînent toute leur énergie sur leurs instruments. L'expression « il pleut des cordes » tombe alors sous le sens.


Pour vous permettre de le reconnaître, notre cher bassiste, fondement abyssal de la section rythmique, est reconnaissable à son ampli, à l'image de son foie: d'une taille colossale et d'une robustesse sans équivalent, il inquiète toutefois par ses reflets verdâtres. Le bassiste, s'il emploie des cordes de fort tirant, n'en utilise que quatre ou cinq, dans le meilleur des cas. On pourrait penser qu'il s'agit là de privilégier la qualité à la quantité, ce serait une grave erreur.


Quand au guitariste, il ne peut cacher un signe distinctif absolu: un appendice nasal sur-dimensionné qui aurait tendance à le déséquilibrer lors d'un jeu de scène acrobatique. Néanmoins (si l'on peut dire), il gère, lui, un plus grand nombre de codes, du moins tant qu'il n'en casse pas la moitié. Mais cette complexité technique supplémentaire ne l'avantage guère, et explique parfois l'aspect légèrement brouillon de ses recherches harmoniques. D'autre part, le gaillard souffre du malaise congénital du « guitar-hero » moyen. Ses vues sur la chanteuses ne sont jusqu'ici couronnées d'aucun succès. Il se cantonne donc au solo bluesy, en symbiose avec son infortune et au détriment de l'innovation musicale.